Conseil municipal de Rouen : la mairie accorde un permis de construire à une mosquée dont les invités réguliers sont des salafistes !

GUILLAUME-PENNELLE2-194x300

Communiqué de presse de Guillaume Pennelle, Conseiller régional FN de Normandie, Président du groupe Rouen Bleu Marine

Hier soir, au conseil municipal, nous sommes intervenus à propos du permis de construire de la mosquée El-Kaouthar de Rouen (constituant un agrandissement de la mosquée déjà existante).

Nous avons fait remarquer, preuves à l’appui, que cette mosquée avait accueilli des prêcheurs islamistes, membres de l’UOIF, tels Hani Ramadan ou Mahmoud Doua, qui tiennent régulièrement des propos barbares et scandaleux.

Premier invité de marque : Hani Ramadan, prêcheur islamiste, qui a dit que : « La femme sans voile est comme une pièce de 2 euros, elle passe d’une main à l’autre« . Il a notamment décrit « la condamnation à mort par lapidation d’une femme nigériane pour adultère, comme étant la volonté de Dieu« . Il s’en est pris également aux héros du Thalys qui avaient empêchés un islamiste de commettre une tuerie de grande ampleur en août 2015.

Plus récemment, le 13 juin 2016, la mosquée a reçu le prêcheur de haine, Mahmoud Doua. Cet imam affilié à l’UOIF avait admis avoir reçu « l’appui du Quatar et de l’Azerbaïdjan » pour la construction de la mosquée de Bordeaux. C’est cet individu qui a eu le culot de dire en mars 2011 sur le plateau de France 2 que « la persécution des chrétiens d’Orient est de la désinformation ».

De plus, la construction d’un minaret d’une hauteur conséquente est prévue alors que l’appel à la prière est interdit en France. Cela constitue un signe ostentatoire provocateur et contraire à la laïcité.

Les élus du Front national sont les seuls à s’indigner du fait que la mosquée El-Kaouthar ait pu accueillir de tels orateurs extrémistes prônant une idéologie contraire aux valeurs de la République.

Depuis trente ans, le déni idéologique et le clientélisme sont monnaies courantes pour les élus locaux de tous les partis.

Encore une fois, ce conseil municipal a été l’occasion de mettre au grand jour l’écart abyssale qui séparait ces partis du système et le Front National.

You may also like