Transports publics : Gauche et Droite préfèrent les clandestins aux Français

Communiqué de presse de Guillaume Pennelle, Délégué départemental du FN 76, Conseiller municipal de Rouen Conseiller communautaire à la Métropole de Rouen, Conseiller régional de Normandie.

Durant sa séance du 14 mai 2018, le Conseil de Métropole a adopté une augmentation de 6% du prix du ticket de bus et de métro ainsi que du tarif des abonnements à la quasi unanimité des élus. Seuls les représentants du Front National se sont opposés à cette augmentation qui participe de la réduction constante du pouvoir d’achat de nos concitoyens.

Frédéric Sanchez s’emploie à taper toujours plus sur les automobilistes en leur imposant des restrictions de circulation, mais le signal envoyé par cette hausse tarifaire est à l’opposée d’une politique cohérente de mobilité en faveur des transports en commun.

Cette décision s’accompagne du maintien des abonnements à demi-tarif en faveur des immigrés en situation irrégulière auquel, encore une fois, seuls les élus du FN se sont opposés.

Plutôt que de soulager les Français d’une asphyxie fiscale prégnante, les élus de Gauche comme de Droite valident ces avantages en faveur d’immigrés clandestins qui devraient être expulsés de France et non encouragés à y rester.

Face à ces mesures injustes, vos élus du Front National défendent une politique tarifaire modérée des transports publics en faveur des usagers et un schéma de circulation moins contraignant pour les automobilistes.

Le président Macron offre la souveraineté de la France à l’UE !

Communiqué de la délégation FN au Parlement européen

Le discours que le président Macron a tenu au Parlement de Strasbourg, le 17 avril 2018, était consternant. Sans surprise, il y a dénoncé les seuls adversaires qu’il craint vraiment, les « populistes » c’est-à-dire le Front National, ses alliés européens, ou les gouvernements œuvrant dans le même sens, coupables à ses yeux de vouloir construire une « démocratie autoritaire » et de favoriser « le repli sur les égoïsmes nationaux ». Gilles Lebreton lui aurait répondu, si le Parlement avait bien voulu lui donner la parole au nom de la délégation FN, que notre projet n’a rien à voir avec cette caricature : ce que nous voulons est un ensemble de démocraties nationales ouvertes sur une Europe de la coopération, respectueuse des souverainetés des peuples.

Le président Macron a aussi et surtout explicité son projet fédéraliste de façon totalement décomplexée. Il a en effet expliqué que selon lui l’avenir de la France et de ses partenaires européens est de bâtir une « nécessaire souveraineté européenne » qui sera « plus forte que la nôtre ». Et il en a longuement décliné les principaux aspects, qui seront autant de transferts de souveraineté à l’UE : en matière sécuritaire, économique, climatique et énergétique, sanitaire et alimentaire, numérique, et même sociale. On ne saurait trahir plus clairement le peuple français, en le dépouillant méthodiquement de chaque pan de sa souveraineté.

Pour financer ces transferts de souveraineté, le président Macron a même osé évoquer la création au profit de l’UE « de nouvelles ressources propres », autrement dit de nouveaux impôts européens.

Il a enfin donné son feu vert à la submersion migratoire en proposant d’augmenter le financement de « l’action européenne en matière de migration », afin de soutenir notamment « les collectivités locales qui accueillent des réfugiés » !

Les eurodéputés LR ont semblé charmés par ces perspectives, notamment Alain Lamassoure qui a salué dans un tweet le « projet historique de souveraineté européenne » du président Macron. La délégation FN, quant à elle, restera fidèle aux engagements qu’elle a pris devant le peuple français face à ce délire fédéraliste.

Réformes pénales : dénuées de sens et de courage politique

Communiqué de Rémy Hameury, Responsable du secteur de Barentin

En pleine réforme pénale, le gouvernement annonce créer 7000 nouvelles places de prison pour lutter contre la surpopulation carcérale. Héritage de l’incompétence des gouvernements successifs, près de 69 000 détenus s’entassent aujourd’hui dans 59 765 places. Cette surpopulation couplée à la présence importante de détenus radicalisés a fortement dégradé les conditions de travail et de sécurité du personnel pénitencier.

22% des personnes incarcérées en France sont de nationalité étrangère ; cela correspond à 15 000 détenus provenant pour 42% d’Algérie, du Maroc, de Roumanie et de Tunisie. Le coût moyen de l’incarcération s’élevant à environ 100€ par jour et par détenu, un rapide calcul permet d’estimer le poids immense que représentent ces délinquants pour les finances publiques.

Défendue par le Front National, l’expulsion systématique des délinquants étrangers supprimerait simplement ce phénomène de surpopulation carcérale et permettrait l’économie de plusieurs centaines de millions d’euros par an. Pour les surveillants comme pour les détenus, le milieu carcéral s’en trouverait alors immédiatement appaisé. Cette mesure rappellerait également à tous qu’en France, l’hospitalité est aussi la contrepartie d’un comportement exemplaire.

Ces réformes entendent placer davantage l’incarcération en dernier recours face aux peines alternatives ; bienveillance naïve dont risquent à nouveau de patîr d’innocentes victimes ! En réalité M. Macron s’inscrit dans la continuité de Mme Taubira dont le laxisme s’est traduit par des drames comme les meutres du Père Hamel à Saint Etienne du Rouvray ou d’Elise et Julien à Rouen.

Persécution des automobilistes, ça suffit !

Communiqué du FNJ Seine-Maritime

Lors du Comité interministériel de la sécurité routière du 9 janvier 2018, le Premier Ministre annonçait la limitation à 80km/h sur les routes secondaires prétextant limiter les excès de vitesse et sauver des vies. Le gouvernement acte ainsi son refus de rénover notre réseau routier sérieusement dégradé, comme en atteste un rapport sénatorial de mars 2017. Cette mesure est d’autant plus absurde au vu de la mortalité inférieure observée sur les routes des pays limitrophes, où des limitations supérieures ou égales aux notres sont en vigueur. En application, cette décision allongera le temps des trajets quotidiens pour des millions d’habitants des zones rurales se rendant sur leur lieu de travail ou d’étude.

Loin de se limiter à cette mesure, le gouvernement prend à nouveau pour cible notre pouvoir d’achat en augmentant le diesel de 10 centimes et le prix des péages de 2%. Dans de nombreuses villes, les coûts de stationnement explosent et une augmentation de 20% du contrôle technique est à prévoir pour mai 2018.

Le gouvernement doit lancer un grand plan de rénovation des axes routiers secondaires dont l’état coûte la vie à un nombre inacceptable d’automobilistes. Son financement doit passer par la création d’une taxe sur les immenses profits des sociétés d’autoroutes et par une vignette payante à destination des automobilistes étrangers, utilisant le réseau sans contribuer à son entretien. L’apprentissage de la prévention routière doit enfin être renforcé chez les plus jeunes, trop souvent concernés par des accidents meurtriers.

Le Front National a également lancé une pétition que nous vous invitions fortement à partager et diffuser autour de vous. Vous pouvez la retrouver ici :

Abaissement de la vitesse sur les routes secondaires : l’arnaque du gouvernement

Tarif des nouvelles amendes à Rouen au 01/01/18 : la mairie PS a menti.

Communiqué de presse de Guillaume Pennelle, président du groupe des élus FN au conseil municipal de Rouen. Conseiller régional FN de Normandie

La municipalité avait annoncé dans la presse, le 6 novembre dernier, que le forfait post-stationnement serait situé entre 15 et 17 euros, soit un montant identique à l’actuelle contravention  » pour ne pas matraquer les automobilistes » dixit le représentant Vert en charge de ce dossier, Christophe Duboc.

C’est un mensonge éhonté puisque la majorité de gauche présente une délibération lors du conseil municipal de lundi prochain où le montant de cette fameuse taxe d’occupation est fixé à 25 euros !

La mairie de Rouen a donc décidé de criminaliser les automobilistes, notamment les plus modestes.
Nous sommes pour le respect des lois, pour autant que celles-ci soient justes et adaptées. Les automobilistes ne sont pas tous des fraudeurs, ils peuvent être étourdis, ce sont des mères de familles occupées et pressées ou des artisans, livreurs travaillant dans l’intérêt économique de la ville, bref des personnes qui ne peuvent utiliser un vélo ou les transports en commun.
C’est évidemment un cadeau providentiel en direction des grandes surfaces situées en périphérie qui n’en demandaient pas tant, au détriment du commerce de proximité.

Pour appliquer cette politique, la mairie va déployer des moyens sans précédent en mettant en service deux véhicules spécialement équipés pour traquer les stationnements dépassés, alors que la ville manque cruellement de policiers et de moyens pour assurer la sécurité des rouennais.
Ce sont les voyous et les délinquants qu’il faut pourchasser pas les automobilistes qui vivent et travaillent à Rouen.

100 kg de drogue saisis à Oissel : le sommet de l’iceberg ?

Communiqué de presse de Maxime Argentin, Conseiller municipal d’Oissel-sur-Seine

La saisie d’un peu plus de 100 kg de drogue, dont 25 kg d’héroïne, dans un appartement à Oissel, met en pleine lumière une explosion de la délinquance dans l’indifférence de la municipalité communiste. Si ce trafic de drogue est bien sûr lié au laxisme politique et judiciaire, il prospère aussi sur l’absence de réponses fortes de la part de la majorité en place, qui est dans le déni complet face à l’insécurité croissante subie par les habitants de la commune.

Le Front National demande la mise en œuvre d’une véritable lutte contre le trafic et la consommation de drogues passant en tout premier lieu par un renforcement des peines pour tous les trafiquants. Cette lutte contre le trafic doit aussi avoir lieu à l’échelle locale. Oissel a besoin d’une police municipale armée dotée de moyens et d’effectifs adaptés. Les policiers municipaux doivent pouvoir lutter contre la présence des guetteurs, qui squattent l’espace public, dérangeant quotidiennement le voisinage par leurs cris. Ces guetteurs doivent être sanctionnés systématiquement par une verbalisation. Sur la voie publique, dans les halls d’immeubles pour lutter contre l’occupation abusive des parties communes, il est temps d’en finir avec le laxisme. Enfin, il faut aussi déployer la vidéo-protection sur l’ensemble de la commune avec l’implantation de plus d’une cinquantaine de caméras.

La Mairie LR du Havre accueille avec bienveillance les islamistes de l’UOIF

Guillaume Pennelle, Secrétaire départemental du FN76 Conseiller régional de Normandie

Le samedi 14 octobre aura lieu la 6e rencontre annuelle des Musulmans du Havre qui se tiendra dans une salle publique octroyée par la municipalité.

Cet évènement est organisé par les associations islamistes « Havre de Savoir » et « l’Union des Organisations Islamiques de France » (UOIF), proche des Frères Musulmans, considérés comme terroristes et interdits dans plusieurs pays arabes.

Lors de la 5e rencontre annuelle des Musulmans du Havre tenue l’an dernier, le Havre de Savoir avait notamment souhaité inviter le prédicateur extrémiste Hani Ramadan, qui affirmait récemment qu’une « femme sans voile est comme une pièce de 2€ qui passe d’une main à l’autre » et que la lapidation des femmes était selon lui « une forme de purification ».

Le Havre de Savoir accueille également régulièrement un autre prédicateur islamiste proche des Frères Musulmans, Moncef Zenati, également connu pour ses prises de positions extrémistes contre les droits des femmes.

L’UOIF continue quant à elle à inviter des conférenciers naviguant entre antisémitisme virulent, appel au meurtre des apostats, des homosexuels ou des musulmans chiites. Certains de ces intervenants sont désormais interdits de territoire en France.

En mettant une salle municipale à disposition de ces organisations qui accueillent des prédicateurs islamistes, la Mairie et Les Républicains du Havre se rendent complices de la propagation de messages de haine insupportables alors que ces associations devraient être dissoutes et leurs dirigeants expulsés de France compte tenu de leur complaisance avec ces discours extrémistes.

Les associations d’extrême-gauche n’ont pas leur place dans nos lycées.

Communiqué de Guillaume Pennelle, Conseiller régional de Normandie Secrétaire Départemental du FN 76

La Commission permanente du Conseil régional a voté cette après-midi des subventions à des associations dont les activités à destination des jeunes lycéens sont de nature politique et idéologique.

Subventionnées pour plus de 300 000 €, ces associations d’extrême-gauche font la promotion de l’immigration massive, de la théorie du genre, du métissage généralisé, de l’ouverture totale des frontières et même du communisme politique pour certaine.

Leurs activités sont d’une extrême gravité : elles remettent en cause l’éducation des parents et s’inscrivent dans la destruction méticuleuse de nos valeurs françaises traditionnelles avec pour but évident un endoctrinement politique des adolescents.

L’exécutif LR/UDI mené par Hervé Morin doit s’interroger au plus vite sur ces dangereuses dérives instaurées par la précédente mandature de gauche et d’extrême-gauche au profit de son idéologie politique. Les électeurs de droite attendent de leurs élus qu’ils protègent l’identité française et les valeurs d’éducation et d’élévation intellectuelle et morale de nos enfants. C’est en ce sens que les élus du Front National ont voté seuls contre ces dispositifs malsains.

Parlement européen : Nicolas Bay élu co-president du groupe Europe des Nations et des Libertés

Réunie ce soir, la délégation française du groupe Europe des Nations et des Libertés (ENL) au sein du Parlement européen a élu Nicolas Bay comme nouveau co-président du groupe, à l’issue d’un vote à bulletin secret.

Député au Parlement européen depuis juin 2014, élu dans la grande circonscription Nord-Ouest, Nicolas Bay est par ailleurs Conseiller régional de Normandie et Secrétaire général du Front National. Il succède dans cette fonction de co-président à Marine Le Pen.

Le groupe ENL rassemble 40 députés issus de neuf nations, parmi lesquels 20 Français.

 

Abattoirs clandestins : des rites sanguinaires islamiques inacceptables

 

Communiqué de presse de Guillaume Pennelle, Secrétaire départemental du FN 76, Conseiller régional de Normandie

Chaque année en Seine-Maritime, les rites sacrificiels islamiques amènent leurs lots d’ignominies autant sanitaires qu’éthiques.

Si les gendarmes ont découvert un abattoir clandestin d’égorgement de moutons pour l’Aïd el-Kébir à Catenay ce 1er septembre, c’est bien dans tous les quartiers à forte immigration musulmane que ces sacrifices rituels ont lieu au mépris de toute légalité.

Ces pratiques d’un autre âge induisent des dangers sanitaires importants et une souffrance animale inacceptable dans la France d’aujourd’hui alors qu’il existe des moyens d’y parer. Elles constituent l’un des nombreux symptômes de l’immigration de masse et du communautarisme islamique qui touche notre pays.

Pour mettre fin à ces délits scandaleux, leurs auteurs doivent être fermement condamnés à titre d’exemple, et l’étourdissement des animaux doit être imposé à tout abattage rituel.