La gauche sauve le Maire de Montivilliers, Daniel Fidelin !

Communiqué de presse de Gilles Lebreton, Député européen FN et conseiller municipal FN de Montivilliers.

Le conseil municipal de Montivilliers vient de voter, le 14 mai, pour la création d’une communauté d’agglomération regroupant la communauté d’agglomération du Havre (CODAH) et les communautés de communes de Caux Estuaire et de Criquetot l’Esneval, préfiguration officielle d’une future communauté urbaine.
Contre le Maire Daniel Fidelin, ex-député LR, qui voulait cette création, j’ai plaidé afin de convaincre le conseil municipal de s’opposer à ce funeste projet. La communauté urbaine ôtera en effet à Montivilliers deux compétences essentielles : le plan local d’urbanisme et la voirie. Montivilliers sera d’autre part noyée dans un vaste regroupement de 54 communes (au lieu de 17 dans le cadre de la CODAH) qui sera entièrement dominé par la ville du Havre. La démocratie locale en sortira affaiblie : les citoyens, pourtant soucieux de proximité avec leurs élus, verront les centres de décision s’éloigner d’eux.
Malgré mes efforts, le projet a été voté par 15 voix contre 13 et 4 bulletins blancs. Comble de l’ironie : le Maire a été lâché par une grande partie de sa majorité qui s’est rendue à mes arguments. C’est la gauche qui, en avouant qu’elle allait voter blanc, l’a sauvé !
La leçon de ce vote, c’est que seul le FN défend les communes contre leur absorption dans des entités démesurées. Les Montivillons présents dans le public ne s’y sont pas trompés : plusieurs d’entre eux sont venus me remercier de mes efforts, preuve s’il en était besoin que le combat n’est pas vain !

Nos facultés ne se transformeront pas en ZAD !

Communiqué de presse de Rémy Hameury, responsable du FNJ Seine-Maritime

Prétextant s’opposer à la réforme d’accès à l’université, des individus bloquent depuis plusieurs semaines l’accès à plusieurs facultés de France. Galvanisés par l’instrumentalisation politique de la grogne sociale par l’extrême gauche, ces « bloqueurs » empêchent la bonne tenue des examens et le suivi des cours, quitte à prendre violemment à parti les étudiants n’allant pas dans leur sens.

Devant cet intenable diktat, certains présidents d’université en viennent à réclamer l’intervention des forces de l’ordre pour déloger ces extrémistes. Les facultés occupées se trouvent en effet gravement dégradées comme à Tolbiac où trafics de drogue et cocktails molotov ont même été découverts. Selon le président de cette université, la remise en état de ce seul site culminerait à plusieurs centaines de milliers d’euros. Les extrémistes ayant occupé les lieux entendaient même remettre la ségrégation raciale au goût du jour en créant un atelier destiné aux minorités raciales, par essence interdit aux personnes de couleur blanche. A Mont Saint Aignan près de Rouen, l’inconscience d’une poignée d’individus porte préjudice à des milliers d’étudiants en les empêchant d’assister à leurs cours, situation encore plus inadmissible en période d’examens.

Il est urgent que nos dirigeants béats réagissent fermement à ces dérives inquiétantes et s’attaquent au fléau de l’embrigadement politique auquel sont soumis les étudiants au sein des facultés. Nos établissements scolaires doivent demeurer des lieux de paix et d’étude et non plus des viviers pour l’extrême gauche qui souhaite juste déstabiliser le pays.

76 – Des bandes de voyous font la loi dans les piscines !

Communiqué de Rémy Hameury, Responsable adjoint du FNJ Seine-Maritime

Pour les nombreux français qui ne bénéficient pas de la proximité de la mer ou qui n’ont pas les moyens de s’offrir des vacances, la période estivale est l’occasion de se rendre dans les nombreuses piscines publiques équipant le territoire.

Cette sur-fréquentation saisonnière occasionne malheureusement son lot d’incivilités perpétrées par des délinquants souvent très jeunes, à l’encontre du personnel, des autres usagers et du matériel. Cet été, nombre de ces lieux de convivialité ont été contraints de faire appel aux forces de l’ordre voire d’évacuer l’établissement comme cela s’est produit au centre aquatique Eurocéane de Mont Saint Aignan. Plus inquiétant encore, à la piscine des Docks au Havre ou de l’île Lacroix à Rouen, la présence des forces de l’ordre appelées en renfort, face à des maîtres nageurs dépassés, est désormais devenue monnaie courante.

Pour endiguer cette délinquance, les municipalités dont les finances sont déjà aux abois, n’ont d’autre choix que de mettre en oeuvre de coûteuses mesures de sécurité allant de la vidéosurveillance à la fouille systématique des sacs à l’entrée de l’établissement. Mesures malheureusement inefficaces, au vu des récidives constatées. Le matériel, initialement prêté par les piscines est quant à lui désormais gardé sous clé au grand dam des usagers respectueux.

Aujourd’hui, peu de ces délinquants font l’objet de sanctions en réponse à ces comportements inacceptables, sans doute pour préserver une illusoire paix sociale apparaissant de plus en plus comme une détestable impunité. Une réponse exemplaire doit être apportée envers de ces perturbateurs qui nuisent à la qualité de vie des français et excèdent nos forces de l’ordre, déjà surmenées par la forte menace terroriste.

Opération #MarineAParis en Seine-Maritime

Tout le week-end les militants sous le soleil de Seine-Maritime étaient sur les marchés, pour la mobilisation du meeting de Marine le Pen à Paris le lundi 17 avril au Zénith.

Sur les marchés de Darnétal, Dieppe, Blangy sur Bresle, Caudebec les Elbeuf, Le Houlme, Rouen, Sotteville lès Rouen, Neufchatel en Bray, Le Havre, Luneray.

Ouvriers indiens au Palais de la Métropole de Rouen : Frédéric Sanchez en flagrant délit de préférence étrangère

Communiqué de Presse de Guillaume Pennelle, Secrétaire départemental du FN 76 – Conseiller Rouen métropole

Alors que le futur siège de la Métropole – le fameux 108 – sort de terre, ce projet auquel le Front national s’est toujours opposé fait scandale. Malgré le coût pharaonique de l’édifice qui dépasse les 30 millions d’euros, ce sont des ouvriers indiens qui s’affairent sur le chantier. Rappelons que la société sous-traitante Sogea est située à Petit-Quevilly, ville dont le maire n’est autre que le président de la Métropole lui-même!

C’est en toute connaissance de cause que M.Sanchez laisse se pratiquer ce dumping social rendu possible par la législation européenne et qui permet aux entreprises de rémunérer ces ouvriers détachés à moindre coût que des salariés locaux.

Seule Marine Le Pen se dresse face à cette concurrence déloyale inadmissible qui brise notre économie et appauvrit nos travailleurs. Il est indispensable de se libérer des contraintes européennes afin d’instaurer un véritable patriotisme économique et assurer la priorité nationale à l’emploi des Français.

Le Front national s’indigne de la politique lamentable menée par l’édile socialiste, symbole de cette oligarchie qui n’a cure de ses propres concitoyens.

Gageons que les habitants de la Métropole sauront se souvenir que ce sont leurs deniers qui financent ce Palais à la gloire de M.Sanchez !

LES SOCIALISTES UTILISENT JEANNE D’ARC POUR PROMOUVOIR LA THÉORIE DU GENRE

GOURYCommuniqué de Nicolas Goury, Conseiller communautaire à la Métropole Rouen Normandie

Samedi 11 mars se tenait à l’historial Jeanne d’Arc un évènement organisé par la métropole de Rouen intitulé « Fille ou garçon ? Le genre dans tous ses états ». Celui-ci a été l’occasion pour les socialistes de faire la promotion de l’abjecte théorie du genre lors d’une animation présentée à des enfants.

Au sein même du lieu où Jeanne d’Arc fut réhabilitée il y a 6 siècles, le symbole de la pucelle d’Orléans est manipulé pour répandre ces idées nauséabondes partant du postulat que l’on ne naît ni fille ni garçon, mais que la société nous impose ce qui devrait être un « choix ».

Dans la droite lignée de sa ministre Najat Vallaud-Belkacem, Frédéric Sanchez fait largement la promotion de ces affabulations qui font fi de toute logique biologique et naturelle évidente dans le but de détruire tous les repères élémentaires qui rattachent la jeunesse française à son identité profonde.

L’instrumentalisation de Jeanne d’Arc à cet effet, au sein même du palais archiépiscopal de la cathédrale sans que l’évêché n’y trouve mot dire, en est le plus ignoble des exemples.

17211996_1751042708255390_6434920306243379946_o

À ROUEN, LA JUSTICE RECONNAÎT QUE L’IMMIGRATION CLANDESTINE

pennelle-guillaumeCommuniqué de Guillaume Pennelle, Secrétaire départemental du FN76, Conseiller municipal de Rouen

Le 20 décembre 2015, Élise et Julien ont été tués à Rouen par un clandestin Ougandais. La jeune femme a été violée avant d’être tuée, et son ami a été étranglé.

Le meurtrier venait de sortir de prison et faisait l’objet d’une obligation de quitter le territoire français que la préfecture n’avait pas faite respecter. Une enquête pointe aujourd’hui la responsabilité de l’État dans ce meurtre ignoble.

En octobre 2015, la Cour des comptes a révélé que 96% des déboutés du droit d’asile n’étaient pas expulsés. Un constat dont l’État est également le premier coupable.

Avec Marine Le Pen au pouvoir, les déboutés du droit d’asile seront expulsés, l’AME sera supprimée et l’aspirateur à immigration clandestine sera arrêté. Avec Marine Le Pen au pouvoir, ce meurtrier clandestin aurait été expulsé avant de commettre son crime.

visuel